9 février 2015 FASN

« Les communautés d’apprentissage en ligne ont un formidable avenir »

Entretien avec Catherine Tourette-Turgis, docteur, professeure et chercheure en sciences de l’éducation à la Faculté Pierre et Marie Curie

Catherine Tourette-TurgisVous publiez ce mois-ci un livre sur l’éducation thérapeutique sous-titré « La maladie comme occasion d’apprentissage » (1). Pourquoi cette optique ? 

Trois approches doivent être privilégiées en matière d’éducation thérapeutique : en premier lieu, nous n’apprenons pas AUX personnes malades mais DES personnes malades ; ensuite, leur expérience de patients doit être reconnue comme un savoir utile par les soignants, mais aussi plus largement par la société. Enfin, il faut en finir avec la vision traditionnelle et paternaliste de l’éducation thérapeutique en aidant notamment les patients à professionnaliser leur savoir. C’est la raison pour laquelle j’ai par exemple  fondé la première université des patients. Quatre-vingt-dix d’entre eux ont récemment été diplômés à Paris 6 et nous allons prochainement lancer un certificat universitaire pour former les patients à devenir représentants des usagers.

Ce changement de paradigme peut-il donner un nouvel élan à l’ETP ?

Oui, grâce notamment à l’engagement des associations qui sont de plus en plus demandeuses en la matière et aux patients eux-mêmes qui souhaitent que leur expérience soit utile aux autres. Nous pouvons parler d’un  nouveau courant de pensée de  la démocratie sanitaire.

J’ai également crée une plateforme collaborative en ligne  « Do you speak doctor ? » (2) qui vise à promouvoir l’auto-apprentissage de chacun grâce au partage d’expériences et de savoir dans un espace virtuel. Cinq patients douloureux chroniques  ont co-écrit un guide de communication à destination des patients sur la manière dont il faut communiquer avec le médecin. Le développement de e-books réalisés par des malades ou encore d’un Mooc sur la BPCO font partie de mes  projets en cours. Je travaille beaucoup sur le  thème  de la pédagogie digitale car il faut aller au-delà du modèle du cours traditionnel de type diaporama sonore en ligne !!

Le numérique peut-il « booster » l’éducation thérapeutique ?

Les communautés d’apprentissage en ligne ont un formidable avenir. Je crois beaucoup aux espaces virtuels. Les patients vont s’en emparer pour construire et parfaire leur savoir. Notre rôle consiste à les accompagner, à les aider à analyser. C’est une manière radicalement différente d’appréhender nos métiers. On doit apprendre à apprendre aux autres et non pas se contenter d’enseigner de manière verticale

Les professionnels de santé sont prêts. En matière numérique, ils ne craignent que les sources non identifiées. Ils sont donc parfaitement conscients des potentialités offertes par ces nouveaux modes de communication et beaucoup viennent nous voir pour travailler avec nous sur le numérique, les serious games, ils ont des attentes et des besoins eux-aussi !

« L’éducation thérapeutique du patient, La maladie comme occasion d’apprentissage », éditions De Boeck, janvier 2015.
Cette initiative a été primée à deux reprises au Festival de la communication santé à Deauville.