Sondage sur les objets connectés de santé

  • Sondage sur les objets connectés de santé

La campagne #FASN revient en 2017 avec 4 nouveaux rendez-vous régionaux et un nouveau concept

La campagne « F36H PACAaire avancer la santé numérique » (#FASN) organisera 4 nouvelles rencontres régionales de la santé numérique en 2017 (Provence-Alpes-Côte d’Azur, La Martinique, Bourgogne-Franche-Comté & Ile-de-France) et décernera un prix de l’innovation pour promouvoir les projets e-santé les plus innovants au sein des territoires.

Cela fait maintenant 2 ans que la campagne #FASN mobilise les acteurs de la santé numérique dans les grandes régions françaises. En 2016, plus de 800 participants ont pris part aux rencontres régionales – 36 Heures Chrono – dans l’objectif de connaître les nouvelles tendances qui impactent directement le système de santé et son évolution. Plus de 130 speakers ont ainsi pu présenter l’avancée des projets nationaux déployés au niveau régional, le déploiement d’initiatives locales ou encore l’innovation que représente certaines technologies disruptives.

La campagne #FASN permet aux écosystèmes régionaux de la santé d’échanger et de partager leurs visions sur l’utilité de la filière e-santé au regard des besoins spécifiques des praticiens et des territoires. Soutenue largement par les acteurs institutionnels et les maîtrises d’ouvrage propres à la filière, elle facilite le bon déroulement de projets qui, bien souvent, ont pour visée de renforcer la coordination des professionnels de santé autour de la prise en charge du patient et d’élaborer un véritable parcours de soins sans cloisonnement.

Pour cette nouvelle année, #FASN va mettre en place les Minutes de l’Innovation. Cette session permettra de récompenser les projets régionaux les plus innovants aussi bien sur le plan organisationnel que technologique. Un système de votation avec le public ainsi qu’avec un jury composé d’experts offrira la possibilité à tous de participer au choix du projet le plus innovant. Les territoires pourront ainsi valoriser leurs champions locaux et mettre en avant les projets qui rencontrent un véritable succès en termes d’usage auprès des professionnels de santé et des patients.

De plus, #FASN va donner la parole à ses 1400 engagés via des interviews thématiques. Ces entretiens donneront lieu à un regard croisé sur des sujets e-santé d’actualité et permettront de sonder les opinions des différentes parties prenantes de la filière. Ils seront par ailleurs corrélés avec un sondage en ligne axé sur le même sujet. En fin d’année, ces travaux seront présentés et interprétés dans un atelier dédié lors des rencontres régionales en Ile-de-France de décembre 2017, qui clôtureront l’année en mobilisant toutes les régions françaises. Ce dernier rendez-vous 2017 de la campagne #FASN permettra de faire le tour d’horizon des projets e-santé les plus innovants en France et d’en promouvoir leurs usages et leurs facteurs de réussite.

Le prochain rendez-vous régional de la campagne à Marseille le 30 mars 2017 aura donc un goût de nouveauté : conférences avec des intervenants-décideurs, ateliers d’experts, challenge des start-up régionales les plus innovantes et pour la première fois, un après-midi consacré aux Minutes de l’Innovation. Il s’agira de parler de l’innovation en santé sous toutes ses formes et de permettre aux acteurs présents de capitaliser sur ces discussions afin de faciliter la transition numérique du système de santé régional. Sans oublier qu’un Dîner du Cercle des Décideurs Numérique & Santé sera organisé la veille au soir et ouvrira les 36 Heures Chrono PACA.

A propos de #FASN

La campagne « Faire avancer la santé numérique » (#FASN) a été lancée en janvier 2015, initialement sur une durée de 2 ans, par le cabinet de stratégie Care Insight. Elle a vocation à inciter les acteurs concernés, du patient au professionnel de santé, de l’élu à l’industriel, du financeur à l’ingénieur, à s’engager dans un mouvement de masse en faveur du développement de la filière e-santé et de l’innovation en santé.

Elle offre un espace ouvert au dialogue et aux partages d’expériences en matière de santé numérique afin de permettre aux acteurs d’accéder au mieux à son écosystème. Elle vise également à rapprocher des acteurs parfois trop dispersés dans un contexte où les régions se mobilisent et consacrent d’importants moyens autour de projets numériques dans le domaine sanitaire et médico-social (Territoire de Soins Numériques, Hôpital Numérique, GHT, PAERPA, etc.).

Soutenue par l’ASIP Santé, la FHF, la Fehap et les fédérations Syntec Numérique, Snitem, Asinhpa et Lesiss, la campagne #FASN mobilise à chaque rendez-vous en région des acteurs tels que la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), les Agences régionales de santé (ARS), la Délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS) et de nombreux acteurs de santé locaux impliqués dans la e-santé (GCS, URPS, associations de patients, fédérations et établissements hospitaliers, établissements médico-sociaux, CRSA, industriels et prestataires de services, etc.). Elle vise à mobiliser et fédérer des acteurs multiples autour de sujets dédiés à la santé numérique.

 

Tribune de Frédéric Serein, Secrétaire général du MiPih

#FASN : Pouvez-vous présenter le Mipih et ses défis sur le marché des systèmes d’informations (SI) en santé ?

1dfc9afF. Serein : « Le Mipih est un groupement d’intérêt publique (GIP). C’est important car c’est un groupement qui par nature n’existe que par son mode coopératif et son mode mutualiste, c’est-à-dire la mutualisation de ses structures et de ses moyens. 

Le but du Mipih est de permettre aux établissements de santé de relever les défis des SI en mutualisant ses coûts pour avoir la meilleure efficacité possible. Aujourd’hui le Mipih c’est 492 membres, dont un certain nombre de CHU et des établissements de toutes tailles (CH, établissements publics de santé mentale, EHPAD, GCS, etc.).

Le Mipih, c’est environ 65 millions de chiffres d’affaires sur 2016 et 500 collaborateurs sur 4 sites : Toulouse, Amiens, Reims et Bordeaux. Le groupement possède 2 domaines d’activité stratégiques qui sont l’édition de logiciel administratif (GHR, gestion administrative du malade) et le service (hébergement de données de santé, bulletins de paie). Il réalise 290 000 bulletins de paies par mois pour les hôpitaux (pas loin de la moitié des bulletins de paies des hôpitaux publics en France). »

#FASN : Les défis du Mipih sur le marché des SI en santé aujourd’hui ?

F. Serein : « Aujourd’hui, le défi est d’arriver à accompagner la loi sur la mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoire avec deux défis majeurs : l’harmonisation et la convergence des SI.

La convergence des SI passe par les briques logiciels. Faire en sorte que les logiciels communiquent et s’harmonisent le mieux possible à travers l’identification unique du patient par exemple où le Mipih se positionne avec une avance importante. Mais aussi sur les briques techniques c’est-à-dire faire en sorte que les établissements puissent se recentrer sur les métiers, et que les maîtrises d’ouvrage puissent faire émerger les données de santé dans des lieux sécurisés et habilités, tel que le Mipih. Sans oublier la sécurité du Si et son interopérabilité. »

#FASN : Quels sont les enjeux que représente l’Occitanie (anciennement Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) pour le Mipih ?

F. Serein : « Pour nous, Midi-Pyrénées est le bassin historique du Mipih donc le lien est naturel. Et le fait que nous soyons éditeur des solutions administratives de 80% des hôpitaux publics de la région fait que nous avons nécessité à faciliter la constitution des GHT et la communication inter-GHT.»

#FASN : Quelle est la stratégie du Mipih à court et moyen terme ?

F. Serein : « A court terme, dans la stratégie du Mipih, il y a la médicalisation du SI donc le fait que le Mipih aille sur le médico-administratif à travers une solution d’amélioration de la facturation et du codage. Il y a aussi la volonté d’être en capacité d’apporter des solutions plus globales pour les GHT intégrant le pilotage opérationnel et stratégique et permettre à chaque offre de soin public d’être le mieux ancré possible sur son territoire.

A l’horizon 2020, la stratégie du Mipih serait de faire en sorte que les SI des GHT soient harmonisés et leur permettent de développer leurs stratégies de groupe le mieux possible. »

#FASN : Comment voyez-vous l’évolution du marché des SIH à long terme ?

F. Serein : «Le marché des SI ne se rétrécit pas mais se consolide. Il devient plus mature. Cela va concentrer les activités sur les activités matures. Par contre, sur les activités innovantes et nouvelles, il faudra arriver à garder des éditeurs de plus petites tailles qui permettront d’amener des innovations à consolider dans les 10 prochaines années. C’est là qu’il faudra être relativement à l’écoute pour arriver à ce que la massification et la consolidation ne soient pas un frein à l’innovation. Il faudra permettre à des petites structures de garder des marchés de niche car les gros éditeurs ne sauraient tout faire et être les plus pertinents pour tout. Il faut que le cycle de l’innovation et de l’entreprise s’applique aussi au secteur hospitalier. »

 

 

La campagne « Faire avancer la santé numérique » (#FASN) mobilise les acteurs de santé en Occitanie pour un rendez-vous sous le signe de l’innovation !

Depuis début 2015, la campagne « Faire avancer la santé numérique » (#FASN) mobilise et fédère les acteurs régionaux de la santé numérique. Après Bordeaux, Strasbourg, Lille, Lyon, Nantes et La Réunion, la campagne #FASN arrive à Montpellier le 17 novembre pour les 7e rencontres « 36 Heures Chrono » à Montpellier le 17 novembre. Organisées dans le cadre de la DigiWorld Week, semaine dédiée à l’innovation numérique sous toutes ses formes par la Métropole de Montpellier, les 36 Heures Chrono Occitanie répondent aux besoins de la région occitane de développer la filière e-santé.

Lire

230 décideurs de la filière e-santé mobilisés pour les 36 Heures Chrono Océan Indien !

230 professionnels de la filière e-santé – médecins libéraux, praticiens hospitaliers, directeurs d’établissements sanitaires et médico-sociaux, DSI, représentants de patients, industriels, etc. – se sont mobilisés le 5 octobre dernier pour les rencontres régionales de la santé numérique en Océan Indien (Île de La Réunion).

Ces rencontres, soutenues par l’ARS OI et le GCS e-santé TESIS, ont permis de pérenniser la dynamique enclenchée par la labellisation French Tech en e-santé et de donner un coup de projecteur à toutes les innovations en santé qui se développent en Océan Indien.

Ce fût notamment la vocation du challenge start-up, animé par Elodie Royer, Directrice d’Actecil Océan Indien et administratrice de Digital Réunion. Pour celle qui a porté la candidature French Tech E-santé de La Réunion, ce challenge « est l’occasion pour des porteurs de projets […] de présenter leur activité en 4 minutes top chrono et rechercher des financeurs et des compétences pour les aider dans le développement commercial de leurs produits ». Il en va ainsi pour Torskal, qui « est un projet en biochimie qui a pour objectif, avec des particules de nanotechnologies et de biologies, de lutter contre le cancer ».

Ce rendez-vous fédérateur a permis aussi aux parties prenantes du projet TSN Océan Indien Innovation Santé (OIIS) de présenter leurs avancées, d’échanger et de se comparer avec les porteurs de projets TSN d’autres régions, par exemple le projet landais XL ENS porté par Marie-Noëlle Billebot, Directrice de projet TSN à l’ARS Nouvelle Aquitaine.

Comme le rappelle Laurent Bien, administrateur du GCS TESIS et Directeur du Centre Hospitalier Gabriel Martin et de l’EPSM de La Réunion, l’Île avait déjà préparé le terrain et disposait des prérequis nécessaires à la mise en place de plateforme de coordination numérique entre professionnels de santé. « Ayant à la fois l’ensemble de la collectivité soignante autour de la table, ayant un réseau dédié, ayant un hébergement des données de santé, au moment de déposer le dossier TSN, on a eu cet effet démultiplicateur […] qui nous a permis de co-construire les autres couches. C’est-à-dire un portail dédié aux professionnels […] et un portail dédié à un large public qui a une vocation d’information de prévention. »

Par ailleurs, d’autres innovations présentées lors de ce rendez-vous trouvent une réelle utilité en Océan Indien et répondent aux problèmes de santé posés par l’insularité. Comme le souligne Lionel Calenge, Directeur général du CHU de La Réunion, « la télémédecine est un des enjeux de l’amélioration du parcours des patients entre Mayotte et la Réunion et bien sûr de la qualité de la prise en charge des patients de Mayotte ». Avec plus de 1000 évacuations sanitaires chaque année, la télémédecine a en effet son rôle à jouer. « Des patients de Mayotte qui ont un AVC, d’ici quelques semaines, quelques mois, pourront être pris en charge à distance par un neurologue stationné à La Réunion. » « De même il n’y a pas la spécialité « chirurgie infantile » sur Mayotte. La télémédecine permet d’avoir des avis à distance rendus par les chirurgiens infantiles de La Réunion »

Toutefois, l’échange de données et la coordination des professionnels de santé peuvent être confrontés à des blocages culturels. Comme le dit Omar Mrani, Directeur général adjoint de Maincare Solutions, « la difficulté c’est tout simplement la conviction que les gens doivent partager. Elle est culturelle, elle n’est pas technologique. Aujourd’hui on a pu démontrer que techniquement on est capable de tout faire. Et TSN, peut-être, va nous donner encore un moyen très fort dans le cadre de la co-construction de construire, non pas les outils d’aujourd’hui mais les outils de 10 ans ».

Lire le communiqué sur DSIH

Digital Health Matchmaking – 18 novembre à Montpellier

dhm

EuroMov est heureux de vous inviter au Digital Health Matchmaking qui se tiendra le 18 Novembre 2016 à Montpellier à la maison des étudiants Aimé Schoenig.

Digital Health Matchmaking est un évènement sur la e-santé conçu pour palier au manque de lien de partenariat R&D en France : catalyser et identifier des ressources, des projets et des compétences, accroître les réseaux de partenariats technologiques et scientifiques.

Il fera suite aux 36 Heures Chrono Occitanie et offrira aux startups ayant participé au challenge de l’innovation #FASN une journée supplémentaire pour nouer de nouveaux partenariats.

« L’échange durable est la clé d’un fort impact économique. Cet échange repose sur la création des liens entre être humains ». Hughes A., Kitson M., 2012 Cambridge University.

Digital Health Matchmaking, c’est l’occasion de tisser des liens forts entre les activités de recherche académique et clinique et celles du monde industriel, autour de :

  • présentations de projets,
  • conférence thématique sur les instruments de financement de la R&D en France et en Europe,
  • et d’une table ronde, regards croisés sur comment favoriser et imaginer les liens de partenariats R&D en France ?
  • un concours de projets : prix chercheur, professionnel de santé, entrepreneur

Venez participer, contribuer et identifier les projets développés par des entreprises, chercheurs et professionnels de santé sur lesquels vous pourriez avoir une valeur ajoutée.

Chercheurs, professionnels de santé, vous cherchez un partenaire industriel ou de recherche clinique, venez proposer vos dernières avancées scientifiques et cliniques pouvant servir à améliorer la santé par l’utilisation du numérique.

Entrepreneurs, vous avez un projet avec un besoin identifié de partenariat issu de la recherche académique et/ou clinique, venez présenter votre projet (et non une idée) devant la tribune des participants et un jury d’experts.

Clusters, agence de l’innovation, pôle de compétitivité, incubateurs, cabinets de conseils seront présents pour répondre à vos questions et vous accompagner dans vos démarches de création de projets de partenariat.

Je vous invite à vous inscrire : pré-inscription en ligne ouverte ; Journée 30 € avant le 10 Novembre puis 50 €

Information et inscription, programme

www.euromov.eu/digital-health-matchmaking

Twitter #DHM16 @euromov

Facebook https://www.facebook.com/DigitalHealthMatchmaking16/


Cette journée est à l’initiative du centre de recherche et d’innovation EuroMov suite à une rencontre avec le pôle R&D du cluster France eHealthTech et en partenariat avec la fondation de l’Université de Montpellier et le cabinet de conseil NLHC grâce au soutien de l’ensemble des partenaires financeurs. Elle est réalisée dans le cadre de la semaine consacrée à l’innovation et aux enjeux de l’économique du numérique, DigiWorld Week.

Les premières rencontres e-santé de L’Océan Indien renforcent une dynamique génératrice d’innovations

Portées par l’Agence de Santé Océan Indien et le GCS e-santé Tesis, ces Rencontres e-santé de L’Océan Indien sont une réussite aussi bien pour les organisateurs que les participants. Pour la première fois, des experts locaux et nationaux de la e-santé se sont réunis pour aborder les enjeux de la transition numérique en santé, source d’évolution humaine et organisationnelle dans la prise en charge des patients. Création de nouvelles synergies, mise en lumière d’initiatives locales et nationales, retours d’expérience, autant d’échanges et de liens tissés qui contribuent à un bilan positif.

Lire

La #HealthTechIsland mobilise l’écosystème e-santé pour un rendez-vous sous le signe de l’innovation !

A l’heure où des chantiers d’envergure en santé numérique voient le jour dans toute la France, la campagne « Faire avancer la santé numérique » (#FASN) a trouvé dans l’Océan Indien, par l’implication des acteurs locaux et l’avancement de ses projets e-santé, un terrain particulièrement propice au développement de l’innovation en santé.

Cette 6e édition des rencontres « 36 Heures Chrono » organisée le 5 octobre à Saint-Pierre (La Réunion) mobilise de nombreux acteurs français de la e-santé. Qu’ils viennent de Mayotte, de métropole ou directement de l’Île, tous ont été soucieux de soutenir cette démarche qui coïncide avec un investissement grandissant de l’Océan Indien dans des projets sanitaires et médico-sociaux à composante numérique.

Lire

Coup d’envoi des rencontres E-santé

Portées par l’Agence de Santé Océan Indien et le GCS e-santé Tesis, les Rencontres de la e-Santé Océan Indien démarrent aujourd’hui et se poursuivront jusqu’au vendredi 7 octobre.
L’objectif de cette manifestation est de « rassembler les acteurs régionaux et nationaux de la e-santé sur le territoire Océan Indien pour aborder les enjeux de la transition numérique en santé ». Plusieurs séquences ont été prévues par les organisateurs :  des interventions tout public (conférences, tables rondes et ateliers) et des  séances de travail privilégiées pour les acteurs régionaux et les acteurs nationaux invités.

« 36 Heures Chrono »

La manifestation accueillera Thierry Courbis (DG Leaderhealth, Suisse) en qualité de grand témoin de l’évènement.
Plusieurs représentants des GCS, des ARS de métropole et d’outre-mer et de l’administration centrale (Ministère et agences) seront présents.
Les plateformes de santé Odyssée (Ile de France), Arespa (Franche-Comté) et Santé Landes (Aquitaine) poursuivront  la co-construction autour d’OIIS et présenteront leurs retours d’expériences.
Enfin, la campagne «Faire avancer la santé numérique» (#FASN), qui poursuit son tour national des régions et arrête son prochain rendez-vous «36 Heures Chrono» à La Réunion.
Stratégie nationale 2020, télémédecine, impacts du numérique sur les pratiques des professionnels libéraux, hôpitaux connectés, coordination en santé, programmes TSN dont OIIS : l’actualité e-santé sera au cœur des Rencontres de la e-santé Océan Indien. Pour l’ARS-OI, ce sera « un temps fort pour valoriser la dynamique e-santé en région Océan Indien ».

Lire l’article sur Clinacoo.re