3 avril 2017 FASN

Marseille: Les start-up de la santé passées au scanner de l’innovation lors des 36 Heures Chrono PACA

Cinq jeunes entreprises ont participé à un concours organisé dans le cadre des rencontres régionales de la santé numérique…

L'entreprise Whoog lors de sa présentation
L’entreprise Whoog lors de sa présentation – Adrien Max / 20 Minutes

 

A l’entrée de la salle principale du Palais des congrès, une vingtaine de start-up de la région Provence Alpes Côtes d’Azur (PACA) sont alignées les unes à côté des autres. Toutes ont hâte de présenter leur concept aux professionnels de la santé qui déambulent de conférence en conférence. Elles ont participé au Start-up Challenge des rencontres régionales de la santé numérique, organisées jeudi au parc Chanot de Marseille. Et parmi elles, cinq ont été sélectionnées pour participer à la finale de ce challenge, récompensant les meilleurs projets d’e-santé.

Créer du liens

Le principe, présenter son projet en quatre minutes montre en main. Et évidemment convaincre les clients et les investisseurs potentiels. Mais aussi chaque personne susceptible d’être intéressée de près ou de loin par leurs innovations. Pour ce cru 2017, l’accent a été mis sur l’importance de créer du lien. Entre patients, entre personnels soignants, entre médecins et entre ces différentes catégories.

Premier lauréat, la start-up Whoog, qui offre au centre de soins (CHU, clinique, Ephad) une solution de gestion des remplacements de dernière minute. « Chaque entité a accès à une base de données où sont référencés le personnel soignant, le personnel technique ou des médecins disponibles », explique Guerric Faure, le cofondateur. Le référencement se fait sur la base du volontariat. Environ 20 % des CHU sont équipés de cette solution, qui pourrait faire économiser de 400 millions à un milliard d’euros, soit le coût des remplacements de dernière minute.

Rassurer le patient

Deuxième lauréat, la société GeoSentinel de William Daumas. Il propose un produit d’assistance aux malades. Père d’un enfant autiste, c’est pour sa fille qu’il a d’abord imaginé son dispositif, avant de l’adapter à des maladies comme Parkinson ou Alzheimer. Grâce à une montre connectée ou à un bipeur autour du cou, il peut géolocaliser précisément où se trouve le malade.

Lire la suite sur le site de 20 Minutes : http://www.20minutes.fr/marseille/2041071-20170331-marseille-start-up-sante-passees-scanner-innovation