4 novembre 2015 FASN

Startups : « L’ADN de Samsung consiste à aller chercher des pépites »

carlos jaime photoSamsung Electronics a annoncé avant l’été sa volonté d’installer un « Strategy & Innovation Center » à Paris. Le « géant coréen » a développé depuis de nombreuses années une politique d’accompagnement des startups les plus innovantes en e-santé, comme l’explique Carlos Jaime directeur de la division Santé et Équipements médicaux de Samsung Electronics en France.

Quelle est votre stratégie pour identifier et encourager les startups qui vous paraissent les plus prometteuses ?

Il existe plusieurs voies d’identification de startups intéressantes à accompagner. Par le biais d’un concours doté de 100 millions de dollars lancé en 2014 afin d’identifier les plus prometteuses d’entre elles. Un jury sélectionne les meilleurs projets avant de procéder à des auditions. C’est un Français, Luc Julia, à l’origine du cloud SAMI qui porte ce projet. Sami est la plateforme qui fédère les informations digitales disponibles sur le marché et provenant de n’importe quel device. Par ailleurs, Samsung a annoncé disposer d’un budget d’investissements de 1 milliard de dollars afin de développer des partenariats ou de concrétiser des acquisitions. Nous avons par exemple été séduits par les startups Sigfox en France ou EarlySense en Israël.

Ce budget d’investissement est-il consacré majoritairement à de l’accompagnement ou à de l’acquisition ?

Les partenariats conclus avec les incubateurs visent à soutenir de jeunes pousses et à conforter leurs compétences technologiques. En France, nous accompagnons deux ou trois startups chaque année. Nous sommes sollicités par de grands acteurs sur des projets spécifiques, la maison connectée par exemple. L’idée consiste à faire appel à la compétence la plus pointue et à assurer une veille technologique.

Nous avons donc construit un écosystème intégrant nos partenaires qui sont en majorité des startups. Je pourrai citer BodyCap par exemple. Cette stratégie intègre par ailleurs des valeurs fortes : la santé connectée n’est pas une fin de soi, elle doit être au service de l’humain et de son bien-être. Nous travaillons donc sur les plans préventif et curatif.

Pendant combien de temps accompagnez-vous ces startups ?

Après deux ou trois ans, soit la start-up a réussi à développer un bon business model et subvenir à ses dépenses par son activité, soit elle n’a pas réussi à créer sa place. Nous accompagnons les startups au sein desquelles nous décelons un business potentiel à court ou moyen terme. Nous les signalons auprès de la branche investissements de Samsung. L’ADN de Samsung consiste à aller chercher des pépites et de leur permettre de vivre grâce à leur activité. Nous ne sommes pas favorables à une mise sous perfusion de capitaux sur le long terme mais bien à leur permettre de voler de leurs propres ailes.

1 – Pour Samsung architecture multimodal interactions