25 juin 2015 FASN

Télémédecine : Publication du rapport du groupe de travail du Comité Stratégique de Filière des Industries et Technologies de Santé

La Délégation à la Stratégie des Systèmes d’Information de Santé (DSSIS), le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, et les syndicats industriels (SNITEM et Syntec Numérique) ont achevé leurs travaux dans le cadre du Comité Stratégique de Filière des Industries et Technologies de Santé (CSF).

Ils publient le rapport élaboré par le groupe de travail sur la télémédecine (mesure 33) sur le sujet de « l’émergence d’une stratégie industrielle en matière de e-santé, en soutien de la politique de santé publique, en associant les industriels » avec un focus sur l’élaboration de mesures autres que financières permettant de lever les freins au déploiement de la télémédecine.

Rappel du contexte

Les industries de santé constituent une filière stratégique à plusieurs titres. Depuis plusieurs décennies, la France a su faciliter le développement d’un tissu industriel performant, notamment pour la production de médicaments dont elle reste l’un des premiers pays exportateurs. C’est aussi une filière d’avenir, notamment avec la montée en puissance du numérique.

Les membres du CSF poursuivent un objectif commun de développement en France des capacités industrielles, de R&D et d’exportation mais aussi d’amélioration de la sécurité et de l’indépendance sanitaire. Il réunit ainsi tous les acteurs, entreprises et pouvoirs publics et constitue un lieu d’échange privilégié.

Le Contrat de filière signé le 5 juillet 2013 entre l’Etat et les représentants de fédérations industrielles, a identifié 4 axes stratégiques majeurs pour le développement des industries de santé, déclinée en 44 mesures :

  • conforter et accroître l’attractivité de la France comme lieu de recherche et de développement pour les industries de santé ;
  • rétablir un état d’esprit favorable à l’innovation : simplifier l’accès au marché des produits innovants, dégager des marges financières en développant l’automédication responsable et sécurisée ;
  • préserver puis augmenter la part de la production des produits de santé en France et en Europe et faciliter l’émergence de nouvelles filières ;
  • servir la stratégie « Mieux se soigner » pour le commerce extérieur.

La mesure 33 vise à faciliter le développement de la e‐santé, reconnue comme filière d’avenir stratégique à fort potentiel.

Lire la suite